Gulîstan, terre de roses

with Pas de commentaire

Dans le cadre du ciné-club Regards Documentaires (28 Novembre 2017), la réalisatrice Zaynê Akyol a présenté son premier long-métrage, Gulîstan, terre de roses.

 

15079050_1672644536399258_6686862755169928045_n

La jeune réalisatrice est d’origine kurde, mais émigrée dans sa jeunesse au Canada. Là, elle rencontre Gulîstan, une jeune femme qui s’occupait d’elle et qui, à 18 ans, s’est engagée parmi les combattantes du PKK. Au début, Zaynê a voulu faire un film en sa mémoire, retracer son parcours, comprendre ce qu’elle a vécu.

Gulîstan signifie « terre de roses » et c’est aussi le nom poétique de la région du Kurdistan. La réalisatrice est allée dans la région de Kurdistan à la rencontre des jeunes femmes peshmerga qui se battent contre l’État Islamique. Là, elle fait connaissance avec Sozdar, le futur personnage principal de son film. En 2014, quand elle obtient le financement pour le tournage du film, à cause de la guerre Zaynê renonce de faire son film sur Gulîstan et suit le parcours d’autres femmes qui la représentent. Les guérilleras acceptent rapidement l’équipe de tournage. Zaynê s’immerge et s’intègre dans ce milieu pour mieux nous faire comprendre leur combat et pour montrer un autre visage de la femme au Moyen-Orient. Un film qui vise à mettre en lumière la violence et l’oppression subies par le peuple kurde, mais aussi à briser des préjugés sur les femmes.

 

gulistan 5    gulistan 2